Le championnat d'Europe de football féminin 2022 continue de gâter le spectateur neutre. Désormais, tous les demi-finalistes sont connus. L'Angleterre, la Suède, l'Allemagne et la France, toutes des équipes qui ont également remporté leur poule, ont battu respectivement l'Espagne, la Belgique, l'Autriche et les Pays-Bas. Ce verdict n'est pas illogique, même s'il n'a pas été sans mal (nos dames belges se sont bien défendues). La question clé reste : qui est le grand favori maintenant ? 

L'Angleterre, tombeuse de l'Espagne, passera-t-elle la Suède pour rejoindre la finale ?

Au cours de la phase de groupe du championnat d'Europe, l'Angleterre a marqué en moyenne près de cinq buts par match. En termes de niveau et de preuve de forme, cela peut compter. Pourtant, l'Espagne n'était pas un maigre morceau, au contraire. Les Espagnoles, très portées sur le ballon, ont été extrêmement efficaces en première mi-temps de leur quart de finale. Elles ont étouffé les Lionnes et ont même trouvé l'ouverture du score en seconde période !

Il est temps pour l'entraîneure anglaise de prendre un risque. En faisant rentrer Alex Greenwood à la place de la décevante Rachel Daly. La manœuvre a porté ses fruits presque immédiatement : alors que l'Espagne perdait de plus en plus le fil de sa bataille, Ella Toone inscrivait froidement le but égalisateur (1-1). En ce qui concerne les prolongations, les Espagnoles se sont soudainement montrées trop défensives et ont payé cher leur recul sur le terrain. 2-1 et donc la victoire pour les Lionnes ! Un beau succès pour l'Angleterre, mais ce match a aussi montré quelques vulnérabilités. Je me demande si les Suédoises savent comment les exploiter.

La Suède risque de subir et souffrir...

Honnêtement, la Suède peine à nous convaincre dans ce tournoi. Face à une Belgique très coriace, les Suédoises ont eu besoin de pas moins de 33 tentatives au but pour remporter le match à la dernière minute. Certes, la malheureuse vague de COVID qui a frappé leur camp fournit une excuse valable.

Le moment pour enfin briller ? Elles vont pouvoir se tester face à l'Angleterre qui joue à domicile. Une chose est sûre : la résilience dont elles ont fait preuve jusqu'ici dans le tournoi sera mise à rude épreuve. Autre élément non négligeable : les Suédoises ont deux jours de moins pour préparer leur demi-finale... On peut donc certainement parler d'un avantage pour les Lionnes, mais heureusement, le football reste le football. L'une des principales forces du football féminin est qu'il surprend encore plus souvent que son homologue masculin.

Allemagne - France : toujours des feux d'artifice !

L'Allemagne a traversé ce championnat européen comme un bulldozer, réduisant l'opposition à de banals obstacles. Vous cherchez un favori ? Alors que ce soit les Allemandes ! Ce statut ne semble pas volé lorsque vous n'avez pas encaissé le moindre but depuis le début du tournoi. Défense, milieu de terrain, attaque : le tableau allemand est parfait. Ou comment Gründlichkeit et créativité frivole se renforcent parfaitement l'un l'autre...

Pour le tournoi et le spectateur neutre, c'est une bénédiction que l'Allemagne rencontre maintenant la France. Nous ne devons pas sous-estimer ces dernières. Les Françaises ont étouffé les Pays-Bas en quart de finale, ce qui a entraîné d'innombrables tentatives sur le but batave. Seules des imprudences et une gardienne de but néerlandaise très solide les ont empêchées de marquer un but bien mérité dans le temps de jeu réglementaire. Leur persévérance a été récompensée dans les prolongations lorsque les Pays-Bas ont dû concéder un penalty. La nouvelle recrue de Chelsea, Eve Perisset, a permis à la France de passer les quarts de finale du Championnat d'Europe pour la première fois de son histoire. La qualité qu'elles ont montrée laisse déjà présager le meilleur pour ce duel de voisinage sans doute très chargé.

Comme on l'a dit, le football féminin reste merveilleusement imprévisible. Nous sommes convaincus que la belle tension qui caractérise ce tournoi jusqu'à présent se poursuivra allègrement dans ces demi-finales. Que les meilleures gagnent !