Très peu savaient qu'à la fin de l'année 2019, le prix de la première cryptomonnaie au monde augmenterait de 62,500 %, faisant du Bitcoin l'investissement le plus rentable de la décennie.

Cependant, l'aventure n'a pas toujours été facile. Si le Bitcoin a connu des augmentations importantes, son prix a également subi des baisses significatives, sans parler de divers problèmes de sécurité, d'allégations de fraude et de quelques épisodes franchement bizarres. Avec des envolées remarquables et des chutes soudaines, le parcours du Bitcoin marque l'une des success stories les plus captivantes des années 2010. Cette semaine, l'équipe du Online Casino de Betway s'est penchée sur la décennie aussi excitante que tumultueuse qu'a vécue le Bitcoin.

2009-2010 : Les premiers pasLancé début 2009, le Bitcoin était nimbé de mystère dès sa naissance. La cryptomonnaie a été fondée par Satoshi Nakamoto, un individu (ou collectif) pseudonyme qui a gardé son identité secrète depuis la publication du projet original de Bitcoin dans une mailing list sur la cryptographie le 31 octobre 2008.

La diffusion de Bitcoin a pris un certain temps, et ses premières années ont été beaucoup moins turbulentes (et fructueuses) que celles qui ont suivi. Les premiers utilisateurs se limitaient à des transactions privées, et ce n'est qu'en mars 2010 que BitcoinMarket, la première plateforme officielle d'échange de Bitcoin, a été mise en service, permettant aux utilisateurs de négocier la cryptomonnaie, ou d'acheter et de la vendre au comptant. Puis, la première transaction réelle en Bitcoin a été effectuée au mois de mai de la même année, lorsque deux pizzas de la chaîne Papa John's ont été achetées pour 10,000 bitcoins. On aurait alors échangé cette somme pour environ 36 € (les pizzas elle-même ne coûtant que 23 €), mais elle a depuis atteint une valeur maximale de 90,5 millions de dollars.

Cependant, le 15 août 2010, le premier piratage de grande ampleur du Bitcoin (appelé plus tard l'incident de débordement de valeur) a quasiment rendu toute la monnaie inutilisable. En quelques frappes de clavier, un hacker anonyme a manipulé la blockchain pour créer près de 184,5 milliards de bitcoins répartis entre trois comptes distincts. Mais le pirate a été trop gourmand, et cela a rendu le bug inflationniste suffisamment suspect pour qu'il soit repéré et corrigé en quelques heures.

2011-2015 : le Bitcoin se démocratise mais la compétition émergeC'est en février 2011 que le Bitcoin atteint pour la première fois la parité avec le dollar US, une étape importante qui a suscité un regain d'intérêt auprès d'investisseurs cherchant à participer au mouvement.

Rassurées par sa médiatisation et une valeur en hausse, les entreprises ont été plus nombreuses à accepter le Bitcoin comme méthode de paiement officielle. L'Université de Nicosie est devenue la première au monde à accepter le paiement des frais de scolarité en Bitcoin, tandis que la compagnie Virgin Galactic de Richard Branson a commencé à accepter la cryptomonnaie pour le règlement de futurs voyages dans l'espace. Une hôtesse de l'air de Hawaï a été la première personne à obtenir sa place à bord du vaisseau spatial par cette méthode.

La plus tristement célèbre des adversaires de Bitcoin est peut-être OneCoin, un système de cryptomonnaie et de blockchain basé sur un système de Ponzi et lancé par Dr Ruja Ignatova. L'avocate bulgare, qui sera surnommée plus tard la « Cryptoqueen disparue » dans un podcast populaire de BBC Sounds, est recherchée par le FBI depuis 2017 après avoir été accusée de fraude électronique, de fraude en valeurs mobilières et de blanchiment d'argent.

media

Le succès de Bitcoin a ouvert la voie à de nouveaux concurrents, qui ont pu lancer leur propre cryptomonnaie légitime, notamment Ripple (2013) et Ethereum (2015). Parallèlement, d'autres cryptomonnaies peu orthodoxes ont été lancées, comme Dogecoin, née du mème populaire Doge, et Coinye, qui utilisait Kanye West en guise de mascotte avant d'être abandonnée après un procès intenté par le célèbre rappeur.

Les distributeurs automatiques de bitcoins ont également fait leur apparition, d'abord à Vancouver et à San Diego, avant de proliférer partout dans le monde. Le boxeur légendaire Mike Tyson s'est joint au mouvement pour tenter de devenir un poids lourd de l'univers crypto grâce à un distributeur automatique éponyme, orné du tatouage emblématique qu'il porte sur le visage. Le premier distributeur automatique de Tyson a été créé à Las Vegas, mais, étrangement, l'emplacement choisi était l'hôtel-casino LINQ Promenade, un complexe n'acceptant pourtant pas directement le Bitcoin.

2016-2019 : Valeur stratosphérique et effondrements soudainsAprès des années de croissance régulière, le Bitcoin a véritablement pris son envol en 2017, de manière spectaculaire. Cette année-là, la valeur de la cryptomonnaie a battu record après record, avant d'atteindre 19,783.06 $ (18,000 €) à la mi-décembre, valeur qui reste la plus élevée jamais atteinte par le Bitcoin.

Cette hausse du cours a profité aux premiers acquéreurs, et notamment au rappeur américain 50 Cent qui a fortuitement gagné 8 millions de dollars sur un compte Bitcoin dont il avait oublié l'existence même. En effet, en 2014, le rappeur avait permis à ses fans d'acheter son album Animal Ambition en Bitcoin. Les utilisateurs pouvaient alors acheter l'album pour une fraction du prix d'un seul bitcoin, qui ne valait que 596 € à l'époque. Il a ensuite laissé son compte à l'abandon pendant des années, avant de découvrir en 2018 que les 360,000 € qu'il avait initialement encaissés sur les ventes en Bitcoin de l'album avaient fait boule de neige, pour atteindre une valeur de près de 7,6 millions de euros. 50 Cent a confirmé cette nouvelle entrée d'argent imprévue sur les réseaux sociaux, en commentant : « Incroyable mais vrai, j'avais oublié que j'avais fait ce truc. »

Pendant ce temps, toute une série de célébrités ont continué à surfer sur la vague des cryptos. Le rappeur Pitbull a lancé le Smackathon, une cryptomonnaie conçue pour révolutionner les paiements dans l'industrie de la musique. Gwyneth Paltrow s'est associée à Abra, le portefeuille électronique, et Lionel Messi est devenu l'ambassadeur de la société israélienne Sirin Labs, qui produisit par la suite le premier smartphone au monde reposant sur la technologie blockchain. Allant encore plus loin, Redfoo du groupe LMFAO a abandonné sa carrière musicale pour se consacrer pleinement à une nouvelle entreprise, la programmation de la blockchain Ethereum.

Toutefois, cette période de boom de Bitcoin a été spectaculairement courte. Sa valeur a chuté d'un tiers dans les 24 heures qui ont suivi l'atteinte de sa valeur record, pour finalement s'effondrer à moins de 3,000 € fin 2018. Les signaux récents se sont montrés plus positifs. Le Bitcoin a atteint son prix le plus haut depuis plus d'un an en mai 2019, pour finalement s'élever à 13,000 € en juin et stagner autour de ce cours depuis lors.
2020 : Quel avenir pour le Bitcoin ?Bien que personne ne puisse prédire avec précision l'avenir de la cryptomonnaie, un changement majeur qui s'approche à grands pas est susceptible d'affecter sa valeur une fois de plus. Au courant du mois de mai, le réseau Bitcoin réduira automatiquement sa récompense pour les blocs minés. Les mineurs reçoivent actuellement 12,5 bitcoins (soit une valeur marchande de 78,000 €) pour chaque nouveau bloc de transactions, mais cette récompense sera réduite de moitié, à 6,25 bitcoins. Après la dernière réduction de moitié en juillet 2016, la popularité de Bitcoin a chuté. Toutefois, de nombreux commentateurs affirment que la diminution de la récompense accentue l'urgence d'acheter du Bitcoin, ce qui ne fera qu'accroître sa popularité cette fois-ci.

Le Bitcoin devrait également faire face à une concurrence accrue. Il se peut que le danger ne vienne pas de WhopperCoin (le programme de fidélité basé sur une crypto de Burger King) ou de Garlicoin (réservé aux amateurs de pain à l'ail), mais Facebook devrait lancer sa propre cryptomonnaie Libra en 2020, tandis que d'autres systèmes basés sur la technologie blockchain proposent des primes plus importantes. Ethereum, par exemple, est beaucoup plus rapide que Bitcoin, offrant des temps de traitement des transactions de quelques secondes face aux quelques minutes nécessaires à Bitcoin. Les fans déclarent également qu'Ethereum offre plus de possibilités d'utilisation, et pourrait bien s'imposer comme une plateforme pour le calcul distribué, ce que Bitcoin ne propose pas.

Néanmoins, la cryptomonnaie n'en est qu'à sa dixième année d'utilisation généralisée, on peut donc s'attendre à des innovations et développements aussi passionnants que pendant sa première décennie.

media